UP

-     Escrito por editorbff

Équation de l'HUMOUR

Il y a une explication scientifique à tout ce qui nous semblait trop vastes jusqu”à présent. Maintenant c’est le tour de l’humour, le théorique évolutif britannique Alastair Clarke, spécialiste sur ce sujet, a trouvé une équation algébrique qui pourrait nous aider à identifier le niveau de réponse des personnes à l”humour.

D’après Clarke, par la simple loi évolutive, les gens sont destinés à trouver continuellement de la déception et de l”erreur tout au long de l’existence. Ces deux situations pourraient même coûter la vie. L”humour est un mécanisme qui récompense d”une certaine manière, en aidant à reconnaître les “désinformations” qui antérieurement font presque tomber dans l’erreur.

En tenant tout cela en compte, la formule de l”équation pensée par le scientifique est la suivante: h= m x s.

À travers de cette dernière, Clarke assure que l’on peut mesurer le plaisir (h) qu’une personne peut sentir quand elle met de l’humour, en multipliant le grade de désinformation qu’elle arrive à percevoir (m) par les Vous n’aurez strictement rien a payer pour acceder a tous nos jeux sans exception. probabilités existantes de que cet individu sente comme véritable cet importante information.

L”humour c’est donc, un mécanisme qui offre la récompense de la satisfaction quand on est capable de reconnaître des informations erronées qui seraient nuisibles pour réussir ou pour la propre survie. Pour Alastair Clarke, l”équation qu”il a développé c’est un reflet exact de la réaction à une information qui serait potentiellement nocive.

Alastair Clarke a consacré plusieurs études à l”humour. Il y a quelques années, il a identifié huit modèles d’humour à travers lesquels il y a une explication à tous les genres d’humour jamais conçus, indépendamment de la source et de la culture. À l’époque, le scientifique définit l’humour comme “quelque chose qui a essentiellement rapport avec le traitement d’information, en accélérant les facultés qui permettent l’analyse et la manipulation des données reçues”.